Autres

TOP 5 des galères

N1

ambassade

Sans aucun doute le N°1 dans le top des galères !

Lundi 15 aout 2016 nous prenons le bus pour nous rendre à Canoa (en bord de mer). De Quito à San Domingo le bus est bien rempli. Nous ne sommes pas très bien installés (les personnes de devant ont complètement incliné leurs sièges alors on se sent à l’étroit). Du coup on fait l’erreur de mettre l’un de nos deux sacs sur le pose bagage du haut afin d’avoir un peu plus de place pour les jambes. On pensait contrôler la situation puisque l’on voyait le sac en hauteur. A mi-parcours, je cherche mon téléphone qui devait être dans ma poche. Il n’est pas là. Je regarde dans tous les coins. Rien. Je demande alors à Romain de descendre le sac du haut pour que je regarde si mon téléphone se trouve à l’intérieur… A ce moment-là sa tête se décompose et il me dit que le sac ne se trouve plus là… Nous n’avons RIEN vu… On s’est fait voler notre sac qui contenait notre appareil photo, mon téléphone, nos passeports, nos permis de conduire et nos cartes de crédit… Nous nous sommes donc retrouvés en Equateur sans argent, sans passeport, avons passé une nuit dehors (et je ne parle même pas des galères qui ont suivi : porter plainte en espagnol, refaire des passeports à l’ambassade de France, vol (d’avion) qui ne correspond plus à nos nouveaux numéros de passeports et donc annulation du vol etc.) !

Lire l’article complet ici !

 

 

N2

a-havasu

Samedi 11 juin, on a prévu de passer le week-end dans une réserve Indienne (Havasupaï) qui se trouve dans le fond d’un canyon en Arizona ! On entame donc une marche de 3h (10 km) le samedi matin (il n’y a pas d’accès en voiture, c’est soit la marche à pied soit le cheval) pour atteindre le village Indien. On compte passer une nuit sur place avant de repartir le lendemain. Le décor est splendide : roche aux couleurs rougeoyantes, ciel bleu, végétation couleur vert pomme ! C’est vraiment magnifique, l’un des plus beaux endroits que l’on ait vu sans hésitation.

Mais une fois arrivés au village Indien on déchante très rapidement : « l’hôtesse d’accueil » refuse de nous vendre un emplacement de camping dans la réserve Indienne (alors qu’il y en a plein de disponibles) en prétextant qu’il faut réserver à l’avance… Elle ne nous laisse qu’une possibilité : payer 90$/chacun pour aller voir les cascades et repartir dans la journée. On essaie de négocier mais elle nous menace de nous « jeter hors du village » ! On finit par accepter la proposition car on ne veut pas passer à coté des magnifiques cascades d’Havasupai. On passe 2h seulement dans le village car on doit penser au chemin du retour qui sera plus long qu’à l’aller puisqu’il n’y a que de la montée…

Seulement dès le début de l’après-midi (13h30) une petite pluie commence à tomber… Alors on s’abrite sous un rocher… Mais la pluie ne passe pas alors on se remet en marche car on veut atteindre le parking avant la tombée de la nuit… Soudain on se rappelle d’un panneau que l’on a vu à plusieurs reprises « CAUTION FLASH FLOOD » ce qui signifie « ATTENTION AUX INONDATIONS SOUDAINES »… Au début on ne se sent pas vraiment en danger car on n’a pas conscience que ce grand canyon pourrait réellement se retrouver sous les eaux en quelques heures… Mais en 30 minutes seulement le petit filet d’eau qui coulait au centre du chemin se transforme en rivière alors on commence à avoir peur ! Et le courant devient de plus en plus fort… On décide d’escalader le canyon pour se mettre en sécurité. Une fois en hauteur, on marche pendant des heures en longeant le canyon dans l’espoir d’apercevoir notre parking… On s’enfonce dans la boue, on est trempés par la pluie, la roche est glissante, et la peur de rester coincés dans le canyon est bien présente ! A 19h (soit 5h30 après le départ du village Indien) on aperçoit enfin le parking et notre voiture : le cauchemar est terminé !

Lire l’article complet ici !

 

 

N3

n3 tempete

Samedi 31 octobre 2015 nous faisons une sortie en kayak entre amis autour de l’île de Koh Phi Phi. Nous partons vers 14h sans gilet de sauvetage car le ciel est bleu et la mer très calme. 2h après le départ (nous sommes déjà loin des côtes) un énorme nuage noir se rapproche de nous… Nous comprenons que nous allons subir une tempête alors nous tentons de pagayer du plus vite possible pour entrer dans la baie et être un minimum protégés… Malheureusement la tempête arrive sur nous en moins de 5 minutes et nous nous retrouvons ballotés par les vents et les vagues qui se forment tout autour de nous. Nous avons peur que le kayak se retourne, le vent nous fait reculer… Nous dérivons pendant plusieurs minutes… Notre plus grosse crainte c’est que les vents et les vagues nous propulsent contre les rochers ou nous retourne (on tomberait à l’eau et le vent emporterait notre kayak en quelques secondes)… Mais heureusement un bateau passe et nous porte secours !

Voir la vidéo ici !

 

 

N4

a-cancun

C’est la fin de notre séjour au Mexique. Notre avion décolle mercredi 3 aout 2016 à 6h00 du matin. Puisqu’il faut arriver à l’aéroport 2h avant le vol (donc à 4h00), on se dit que c’est bête de payer une nuit d’hôtel pour se lever à 3h du mat, autant passer la nuit à l’aéroport : en général il y a toujours des cafés ouverts et il y a le wifi donc on n’aura qu’à regarder des films geeker etc…

On arrive donc à l’aéroport de Cancun avec nos sacs mardi 2 aout en début d’après-midi (car on a du faire le check-out de l’hôtel vers 12h). On remarque tout de suite qu’il n’y a AUCUN siège pour s’asseoir… Les gens sont assis par terre. Bon il y a 1 café et 1 restaurant donc on entre et on demande la clef du wifi. Et là c’est le drame : le serveur nous répond qu’il n’y a pas de wifi… Que le propriétaire de l’aéroport a fait privatiser le wifi et qu’il faut acheter une carte prépayée pour pouvoir se connecter 1h… Romain va dans la boutique indiquée pour acheter la fameuse carte et le vendeur lui dit « Désolé monsieur, je n’ai plus de carte wifi… »

Donc en gros : il n’y a pas internet, pas de siège pour se poser, et le comble arrive => après s’être fait ch*** pendant plusieurs heures dans l’aéroport on nous dit qu’il ferme dans 30 minutes (à 21h) !!! Un aéroport qui ferme !!! J’hallucine !!!!! On doit donc prendre une navette pour nous rendre dans l’autre terminal, dans lequel il n’y a RIEN à part des toilettes… Vers 23h je commence à être fatiguée et je vois des gens dormir dans leurs duvets comme des clochards… Je me dis qu’ils n’ont pas tord, vu qu’il n’y a rien pour passer le temps et qu’il n’y a même pas de siège je décide de faire comme eux ! (la prochaine fois que vous verrez des gens dormir par terre à l’aéroport vous penserez à moi!!) Romain reste éveillé (il regarde « La Haut » sur le PC). Vers 3h on se lève pour prendre la navette et retourner dans le bon terminal. Evidemment la navette (qui est censée passer toutes les heures toute la nuit) ne vient pas, alors on marche jusqu’à l’autre terminal avec nos sacs ! Je craignais le pire mais heureusement il était bien ouvert ! On a pu enregistrer nos bagages et prendre notre vol sans souci avant d’enchainer 2h de vol, 8h d’escale à Houston et 5h de vol jusqu’en Equateur ! On est arrivés à Quito bien crevés !

 

 

N5

abandonnés frontiere

Jeudi 21 avril 2016 on arrive à la frontière Cambodge/Laos vers 13h après 7h de bus et de mini van. Tous les touristes descendent du bus afin de faire leurs visas pour entrer au Laos (30$/personne). Les douaniers réclament 5$ supplémentaires par personne pour passer la frontière. Quand c’est à notre tour de passer, nous refusons de payer les 5$ supplémentaires en argumentant que c’est de la corruption. Un autre couple de français refuse de payer. Nous essayons de résister un peu, mais nous nous retrouvons face à des « murs » qui sont déterminés à nous laisser du coté Cambodgien. Et malheureusement pour nous, tous les autres touristes qui se trouvaient dans notre mini van payent sans rechigner… Puis ils montent tous discrètement dans le véhicule sans nous faire signe et … partent… Nous laissant tous les quatre sur le bord de la route à la frontière… Heureusement nous avons nos sacs avec nous. Mais la frontière est une sorte de « no man’s land » ! Il n’y a rien ! Et donc aucune possibilité de trouver un moyen de transport… Les douaniers nous rendent nos passeports d’un air dédaigneux en constatant que, même si nous ne payons pas leurs 5$, nous allons bien galérer … ! On demande à un homme à quelle distance se trouve la prochaine ville. Il nous répond « 20km environ… ». Nous décidons de nous mettre en marche en espérant atteindre la ville avant la nuit… Et nous avons finalement la chance d’être pris en stop par des gentils Laotiens 🙂

Voir la vidéo ici !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s