Cambodge

Phnom Penh

Phnom Penh : une ville qui garde en mémoire l’histoire tragique du Cambodge

PHNOM PENH OK

La ville

La capitale est assez sale, on a vu un homme faire ses besoins dans la rue, des enfants se promener nus et des montagnes de déchets entassés sur les trottoirs…

Quelques bâtiments sont jolis. Le quartier touristique fait l’effort de rendre les rues attrayantes. On peut boire une bière pour 40ct d’euros, et manger des lasagnes pour 4 euros… Car, comme le disait un Allemand d’une soixantaine d’années avec qui on a diné en ville, « Quand on voyage longtemps, on cherche l’authenticité mais on aime aussi retrouver sa zone de confort par des choses qui nous sont familières, par exemple une bonne pizza ! ».

Bref, la ville ne grouille pas spécialement d’attractions… Il y a tout de même un musée national, le palais royal et le Mékong qui traverse la ville.

IMG_2025

IMG_2023

13001278_10154231194594642_88514997665823540_n
François nous apprend un jeu de dés (1 500 avec 3 dés)

 

IMG_2028

IMG_2037

 

Le Mékong

C’est le 10e plus grand fleuve du monde. Il prend sa source dans l’Himalaya puis il passe par la Chine, le Laos, la Birmanie, la Thaïlande, le Cambodge, et le Viêtnam.

Sur les quais, on trouve de nombreux restaurants dont des « roof top » pour manger ou prendre un verre en terrasse sur les toits.

IMG_2013IMG_2011IMG_2018

L’intérêt historique

Mais nous ne sommes pas venus ici par hasard… Après m’être plongée dans de nombreuses lectures sur le régime sanglant des Khmers rouges, je voulais me confronter aux traces qui subsistent sur cette époque tragique, voir de mes propres yeux les preuves de ces massacres, pouvoir témoigner et rapporter ce qu’il s’est passé durant ces 4 longues années…

Cet article sera donc essentiellement historique, âmes sensibles s’abstenir…

=>

IMG_1951

 

S21 : la prison de l’horreur

Cette ancienne école a été transformée en prison par les Khmers rouges sous le régime dictatorial de Pol Pot. C’est une prison parmi tant d’autres… Mais pour 20 000 Cambodgiens, c’est ici que s’est terminé un abominable cauchemar…

La prison a ensuite été transformée en musée en 1988, donc nous avons pu la visiter. Un audio guide permet d’avoir des explications claires ainsi que des témoignages de survivants. La visite se fait dans le silence et le respect. Certaines parties de la prison ont été laissées telles qu’elles ont été trouvées. On voit encore des traces de sang sur le sol et les chaînes qui retenaient les prisonniers dans leurs cellules. Les barbelés que l’on peut voir ci-dessous ont été installés par les Khmers rouges suite au suicide d’un prisonnier qui s’était jeté du haut du bâtiment.

IMG_1988
La prison S21 – Tuol Sleng

 

Origine de l’émergence des Khmers rouges au pouvoir

En 1970, une guerre civile éclate au Cambodge opposant les Khmers rouges (parti communiste poussé à l’extrême) au gouvernement cambodgien (soutenu à l’époque par les Américains)…

Les Américains apportent une aide matérielle et financière au gouvernement cambodgien, et ils bombardent les zones prises par les Khmers rouges. Pendant 5 ans, les bombardements massifs détruisent les campagnes, les gens meurent de faim, l’économie du pays est au plus bas…

Personne ne se doute encore que ces bombardements vont changer l’histoire du Cambodge de façon dramatique.

smoke-rises-from-bombs-dropped-by-us-planes-near-the-cambodian-capital-of-phnom-penh-on-july-25-1973
Bombardements au Cambodge par les Américains

 

1975 ou l’année zéro…

Cette année-là, les Khmers rouges gagnent la guerre civile et prennent le pouvoir.

Les Cambodgiens accueillent les révolutionnaires avec joie, pensant que c’est la fin de leurs souffrances…

En prétextant mettre la population à l’abri (car les Américains risqueraient de lâcher à nouveau des bombes sur la ville), les Khmers rouges forcent les habitants de Phnom Penh à quitter la ville. Ils n’ont jamais été autorisés à y retourner… Tout le monde a dû quitter la ville : jeunes, vieux, malades… Bon nombre d’entre eux sont morts pendant l’exode.

hxpW13h
Exode rural : la ville de Phnom Penh est vidée…

 

Quel est le but des Khmers rouges ?

Les Khmers rouges, soldats du dictateur Pol Pot, sont de véritables sadiques pour certains, et de simples hommes enrôlés de force pour d’autres…

Pol Pot a fait ses études en France, et c’est un grand admirateur de Mao Zedong (un dictateur communiste chinois). Il le prend donc pour modèle et instaure au Cambodge un régime communiste extrémiste (exemple : pêcher un poisson ou cueillir une simple mangue pour la manger était considéré comme un acte de trahison envers l’Angkar et puni très sévèrement : emprisonnement puis exécution).

Pol Pot veut faire des Cambodgiens un peuple « pur » qui ne serait pas sous l’influence d’opinions étrangères, religieuses, ou même intellectuelles car elles pourraient contredire le régime.

Les Khmers rouges ont donc l’objectif pervers de traquer et d’emprisonner :

  • Les étrangers
  • Les religieux (dont les moines bouddhistes)
  • Les intellectuels (un simple porteur de lunettes était considéré comme un intellectuel)
  • Les citadins (qui rappellent la modernité, la bourgeoisie et le monde occidental)

Les Cambodgiens sont arrêtés, emprisonnés, interrogés et torturés jusqu’à ce qu’ils avouent des crimes qu’ils n’avaient pas commis.

IMG_1989

IMG_1986

IMG_1992

 

Types de torture infligée aux prisonniers :

  • Se faire arracher les ongles
  • Recevoir des chocs électriques
  • Se faire brûler par des cigarettes
  • Se faire arracher les tétons
  • Se faire manger les plaies par des insectes
  • Manger des excréments
  • Etre battu jusqu’à perdre connaissance

 

IMG_1999
« Mieux vaut tuer un innocent par erreur que de laisser vivre un ennemi » Pol Pot

IMG_1956

IMG_1950
J’entre dans les anciennes salles de torture et j’ai beaucoup de mal à imaginer que tout cela à pu se passer ici… Tout semble tellement absurde et irréel… Tous ces innocents morts sans véritable raison (car la raison de ces massacres reste incompréhensible pour nous).

 

yeux cachés
Des panneaux géants exposent de nombreuses photos d’innocents qui ont perdu la vie dans cette prison… Après la chute du régime, les familles ont du se rendre dans ces prisons pour scruter chaque panneau afin de voir si l’un de leurs proches se trouvait dessus… J’ai décidé de cacher le visage des victimes par respect pour les familles qui sont encore vivantes aujourd’hui.

 

Ainsi, après des semaines (voire des mois) de torture insoutenable, ils avouent avoir volé du riz, ou même être des espions de la CIA sans même savoir ce que le sigle signifie… On les oblige également à dénoncer d’autres personnes. De nombreux Cambodgiens finissent par dénoncer des connaissances, des amis, ou des voisins.

Lorsque les aveux sont écrits sur papier, les prisonniers sont transférés vers un champ d’exécution.

IMG_1902

IMG_1913
Romain écoute attentivement l’audioguide en Français (très intéressant et bien lu).

 

 

Ils sont tous exécutés le lendemain de leur arrivée de manière atroce : les Khmers rouges n’utilisent pas d’armes à feu (trop chères). Ils battent à mort les prisonniers avec n’importe quel outil (bambou, marteau, machette, essieu…). Les bébés sont pris par les pieds et éclatés contre les arbres sous les yeux de leurs mères.

IMG_1903

IMG_1911

IMG_1939
Les bébés sont éclatés contre les arbres sous les yeux de leurs mères pour éviter qu’ils ne soient amenés à se venger plus tard… « pour se débarrasser de la mauvaise herbe, il faut aussi arracher les racines » Pol Pot

 

De nombreux charniers ont été découverts sur les champs d’exécution.

IMG_1941

IMG_1909
Des bracelets sont placés sur les remparts en bambou qui entourent le charnier à la mémoire des victimes.

 

IMG_1928

IMG_1932

Le mémorial du génocide de CHOEUNG EK (ou « killing field »), à 30 minutes de Phnom Penh environ, comprend un STUPA (monument du souvenir) construit en 1988 à la mémoire de toutes les victimes.

IMG_1904
Stupa : monument du souvenir qui renferme les crânes découverts dans les charniers.

 

Ce qui doit être terrible pour le peuple Cambodgien (car ils ont tous perdu quelqu’un sous le régime des Khmers Rouges, il y a eu 2 millions de morts soit 1 Cambodgien sur 4 à l’époque), c’est de penser que les Khmers rouges sont encore vivants aujourd’hui (un soldat de 20 ans en 1975 en a 61 aujourd’hui en 2016).

Même s’il faut bien rappeler qu’un grand nombre de soldats a été enrôlé de force, les Cambodgiens les considèrent tous comme des meurtriers et cet épisode tragique reste un sujet sensible et très douloureux pour la population…

 

_________________________________________________________________

 

Cela fait 2 jours que nous essayons de quitter Phonm Penh, mais comme c’est la semaine du nouvel an, tout est fermé et nous ne parvenons pas à réserver un bus pour le Laos…

On espère pouvoir partir demain au plus tard… !

6 réflexions au sujet de « Phnom Penh »

  1. Très très intéressant et très bien rédigé
    Je me souviens de cet épisode tragique on en parlait au journal télévisé mais on ne se sentait pas concernés par ces drames lointains
    Et puis j’ai rencontré un collègue Vietnamien qui m’a raconté comment sa famille avait été spoliée par les Chinois et comment ils avaient dû abandonner leurs terres et s’enfuir par la mer pour rejoindre l’Europe ou l’Amérique ( les fameux boat People ) En tous cas il faut espérer très fort que l’histoire servira de leçon et permettra de ne pas recommencer les mêmes horreurs
    J’ai quand même quelques doutes quand j’entends certains commentaires d’extrême droite sur les migrants qui fuient le régime Syrien actuellement

    J'aime

  2. Nous avions nous aussi eu une première impression très mitigée en arrivant à Phnom Penh pour finalement revoir un peu notre jugement en découvrant mieux la ville. Certes, ça reste très sale, la pauvreté saute aux yeux et les « tuk-tuk sir ? » deviennent vite insupportables.

    Nous nous souviendrons aussi longtemps de notre visite à S21, de l’horreur qui transpire toujours des murs et du sang incrusté dans les carrelages de ce qui fut autrefois une école… Nous sommes sortis de là interloqués par les horreurs que l’Humain est capable de produire. Mais aussi par sa capacité à promettre « plus jamais ça » mais à remettre le couvert quelques années plus tard…

    J'aime

  3. excellent article pariculierement bien rédigé!! merci pour cette parié d’histoire que j’étais loin de connaître autant!! cela fait peur de se dire que des gens étaient capable de faire cela.. espérons que cela serve de leçons même si le monde paraît fou en ce moment, il est important de se rappeler ces histoires pour remettre les idées en place! bravo, très bel article qui mériterait d’être plus connu de tous!😉

    Aimé par 1 personne

  4. Très intéressant et flippant aussi ! c’est un thème récurrent des chansons des Béruriers Noirs, un des groupes de l’age d’or du punk français des années 80-90 ! D’ailleurs le chanteur, après la séparation du groupe, a passé un doctorat en histoire et est devenu spécialiste de cette époque !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s